google-site-verification=i-SK1IMEAQHM92NlM00Fq28SsfyKdNXBPIb1o6czFI4
 

UNE EXIGENCE DE QUALITE

Etre opéré de la colonne vertébrale n'est pas une décision simple et nécessite une relation de confiance entre le patient et son chirurgien.

Celle ci s'etabli tout au long du parcours du patient et repose sur la qualité de l'echange en consultation, l'investissement du praticien dans la pose de l'indication opératoire ainsi que de sa réalisation, et le respect des consignes post opératoire et de rééducation par l'opéré.

Titre 1

12965.jpg

LE PARCOURS PATIENT

 

Consultation

Votre médecin généraliste vous adresse à un neurochirurgien pour obtenir son avis sur votre pathologie rachidienne. La consultation est donc le moment privilégié pour évaluer la situation, au moyen d'un interrogatoire, d'un examen clinique et de l'étude de vos examens paracliniques.

Un bilan radiologique récent, comprenant une imagerie par raisonnance magnétique (IRM) ou à défaut un scanner est bien souvent indispensable à l'avis du neurochirurgien.

Selon les cas, d'autres examens pourront être demandés par votre chirurgien, et plusieurs consultations peuvent être nécessaires, dans le but de prendre la décision la mieux adaptée à votre cas personnel. 

La consultation est également un temps d'échange où toutes les questions doivent être posées, et où les enjeux d'une interventions doivent être clairement énoncés, particulièrement les

bénéfices et risques de l'intervention.

 

 

Evaluation

péri opératoire

La chirurgie rachidienne est une chirurgie fonctionnelle, en cela qu'elle traite des symtomes objectifs (signes neurologiques mesurables à l'examen) mais également subjectifs (douleurs, sensations...).

Pour les praticiens, ce paramètre est parfois difficile à interpréter. c'est pour cela que l'évaluation de vos symptomes peut faire appel à des scores de qualité de vie comme le questionnaire d'OSWESTRY

qu'il vous appartiendra de remplir le plus précisement possible.

 

 

Récupération accélérée en chirurgie

L'objectif de votre prise en charge est principalement de restaurer au plus vite votre qualité de vie. De nombreuses études ont idéntifié les bienfaits d'une prise en charge selon les principes de la récupération accélérée en chirurgie (RAC)

Dans cette optique, et bien entendu si votre condition physique et votre situations le permettent, plusieurs variantes de prise en charge vous seront proposées, comme être accompagné au bloc opératoire en marchant ou la prise en charge en ambulatoire de votre intervention.

La mobilisation précoce, dès le retour en chambre avec un premier lever par le kinésithérapeute est de règle.

 

 

Quelques conseils post opératoires

Les consignes détaillées sont regroupées dans le livret opératoire.

La marche est vivement conseillée

La position assise doit être de courte durée

la conduite automobile est interdite les 15 premiers jours et les trajets automobiles déconseillés pendant la même période.

tout port de charge lourde est interdit

garder le dos droit au maximum

reprise de l'activité

La kinésithérapie commence en règle générale 1 mois après le geste

Le temps d'arret de travail nécessaire peu varier en fonction de votre activité. Votre chirurgien réévaluera celui ci en consultation 1 mois à 6 semaines après votre intervention.